Gestion de trésorerie : 7 erreurs fréquentes à éviter
Tous les dossiers > Micro-entreprise > Gestion et opérations > Gestion de trésorerie : 7 erreurs fréquentes à éviter

Gestion de trésorerie : 7 erreurs fréquentes à éviter

erreurs de trésorerie

D’après les statistiques de l’INSEE, après seulement 2 ans d’activité, 25% des entreprises ferment leur porte et après 5 ans, ce chiffre monte à 49,5%. Pour les startups, le taux d’échec est même de 80%. Or, dans 26% des cas, ces faillites sont dues à une mauvaise gestion de la trésorerie…

La pérennité d’une entreprise, quel que soit son âge, passe par une gestion saine de vos dépenses. Pour gérer parfaitement vos comptes, tout en rentabilisant votre activité, voici 7 erreurs de trésorerie à éviter !

 

1. Sous-estimer (ou ne pas calculer) son BFR

Par BFR, entendez « Besoin en Fonds de Roulement ». Cet indicateur désigne le montant nécessaire pour supporter les charges en attendant le règlement des clients.

La première erreur à éviter est de le sous-estimer. À cet effet, soyez sûr de l’avoir correctement calculé. Pour rappel, le BFR s’obtient de cette manière :

  • Additionnez les créances clients avec votre stock.
  • Puis soustrayez les dettes fiscales, sociales, ainsi que les charges fournisseurs.

Si le résultat obtenu est négatif, votre trésorerie est saine. Cela signifie que vous payez vos fournisseurs et charges, après avoir reçu les règlements clients.

À l’inverse, si vous obtenez un score positif, cela signifie que vous avez besoin d’un financement (emprunt, investissement…).

 

2. Dépenser sans réfléchir au préalable

paiement

Tout le monde rêve de pouvoir dépenser sans compter. Mais pour une entreprise, ce n’est pas une option. Vous devez contrôler vos dépenses.

Avant d’investir dans une nouvelle affaire, calculez la marge de bénéfices possible sur le court et long terme.

Vous voulez acheter de nouveaux équipements ? Vérifiez que la nécessité prime sur l’opportunisme. Évitez de remplacer le matériel qui n’est pas encore amorti ou de craquer pour des technologies modernes qui n’apporteront pas de réelle valeur ajoutée à votre business.

S’il faut vraiment remplacer des équipements, est-il utile d’acheter des produits neufs ?

De même pour le recrutement : avez-vous la trésorerie nécessaire pour embaucher un nouvel employé ? Avez-vous assez de travail à lui confier pour que son salaire soit rentabilisé ?

En cas de doute, préférez recourir à un freelance pour commencer.

 

3. Mal choisir ses méthodes de financement

Fonds propres, investisseurs, levée de fonds, emprunts… les entreprises disposent d’un large choix de financement pour soutenir leur croissance. Cependant, toutes les méthodes ne conviennent pas à votre activité. Il existe de nombreux paramètres à prendre en compte.

À cet effet, la troisième erreur est de mal jauger ces situations et de choisir une méthode de financement incompatible avec votre trésorerie.

Par exemple, au lieu de financer sur fonds propres un nouvel investissement, ce qui risque de pénaliser votre BFR, privilégiez un emprunt.

Si vous êtes seul aux commandes et inexpérimenté, choisir des investisseurs permet d’obtenir des fonds, ainsi qu’un accompagnement personnalisé qui vous aidera à atteindre le succès.

À chaque étape importante de la vie de votre entreprise, pensez à choisir une méthode de financement adapté à vos besoins, tout en gardant une trésorerie saine et équilibrée.

 

4. Accorder des délais de paiement trop longs

Établir une relation de confiance avec vos clients est essentiel. Cependant, vous ne devez pas accepter toutes leurs conditions, surtout quand il s’agit de règlement. Vous avez aussi des dettes à honorer !

Évitez d’accorder des délais de paiement sur une trop longue durée. Surtout, pour des prestations qui nécessitent une mobilisation importante de vos ressources.

En règle générale, 30 jours fin de mois est une échéance qui permet à chaque parti de s’en sortir au mieux.

Vous êtes une entreprise saisonnière ?

 

5. Oublier de relancer les factures impayées

relance téléphonique

Les factures impayées représentent une menace pour votre trésorerie. Si vous n’encaissez pas d’argent, comment allez-vous régler vos fournisseurs, vos outils et vos charges ?

Mettez en place un suivi précis des factures, ainsi que des alertes lorsque les délais arrivent à échéance.

 

6. Vouloir gérer sa trésorerie sans outil

Un tableau Excel n’est pas un outil adapté à la gestion de votre trésorerie. À l’heure actuelle, il existe des logiciels faciles à utiliser pour suivre votre comptabilité.

Du calcul de votre BFR au chiffre d’affaires prévisionnel, en passant par la création de devis, le suivi de vos transactions ou le rappel des factures impayées… Ces outils vous aident à conserver une trésorerie saine.

 

7. Mal maîtriser ses charges

La dernière erreur à éviter est de mal maîtriser vos charges. Charges sociales et patronales, CFE, TVA… Savez-vous ce qu’elles représentent, concrètement, dans votre chiffre d’affaires ?

Pour chaque euro encaissé, vous devez savoir quel montant va partir dans vos outils et à l’État.

Connaître ce chiffre permet de :

  • Fixer vos tarifs
  • Calculer votre rémunération
  • Connaître votre marge de négociation
  • Anticiper les décaissements

 

L’avenir d’une entreprise est lié à sa trésorerie. Pour la garder saine, évitez de commettre ces 7 erreurs !

Laissez un commentaire