Comptabilité

Comment créer un bilan prévisionnel en 3 étapes ? [Modèle gratuit à télécharger]

L’élaboration d’un business plan passe par plusieurs étapes. Parmi elles, le prévisionnel financier est un élément central.

Après avoir rédigé le compte de résultat, le plan de financement ou encore le flux de trésorerie, il est temps de se consacrer au bilan prévisionnel, un document obligatoire pour toute entreprise.

Comment le créer et dans quel but ? Nous vous expliquons comment procéder simplement en suivant ces trois étapes.

Qu’est-ce qu’un bilan prévisionnel ?

À quoi sert un bilan prévisionnel ? Il s’agit d’un état des lieux du patrimoine de votre entreprise à un instant T. Comme une photographie de la santé financière de votre société.

Cet instant précis est incarné par la clôture de l’exercice comptable. Il permet de vérifier l’équilibre financier de votre projet. C’est également un point de référence pour observer l’évolution de vos résultats au fil des ans.

De cette manière, le bilan prévisionnel permet de visualiser les richesses et valeurs créées par l’entreprise en comparaison aux investissements engendrés. Ce financement s’entend dans un sens élargi (dettes, investissements matériels, formations, etc.) Il permet une lecture synthétique des informations.

Pour construire un bilan efficacement, il convient de séparer les actifs et les passifs de l’entreprise.

1. Déterminer son actif

Un actif est un élément qui possède une valeur économique positive pour l’entreprise et permet de générer de la ressource.

Pour identifier ses actifs, on distingue trois catégories :

  • Les immobilisations
  • Les créances clients et stocks
  • La trésorerie

Les immobilisations

Ce sont des actifs utilisés de manière durable (à savoir pour une durée supérieure à douze mois), par l’entreprise. Chaque année, ces biens sont amortis et permettent ainsi de diminuer la valeur de l’actif.

Il existe trois catégories d’immobilisations :

  • Les immobilisations corporelles (aménagement, machines, véhicules, matériel informatique, mobilier, etc.)
  • Les immobilisations incorporelles (fonds de commerce, droit au bail, brevets, marques, licences, etc.)
  • Les immobilisations financières (actions, titres, dépôt de garantie, prêts, etc.)

Les créances clients et stocks

Contrairement aux immobilisations, ces actifs n’ont pas une grande durée de vie. On sépare donc :

  • Les créances clients (avances de l’entreprise faite à ses clients, factures émises mais non encaissées)
  • Les stocks (approvisionnement, matières premières, marchandises, etc.)

À lire aussi : Recouvrement de créances : comment faire ?

La trésorerie

Elle peut se trouver dans différents endroits :

  • Les comptes bancaires et fonds de caisse. Il peut s’agir de liquidités accessibles directement par la société grâce à des cartes bancaires, du liquide, etc.
  • Les valeurs mobilières de placement (VMP) : à l’inverse des immobilisations, il s’agit d’actifs financiers acquis dans un but de revente rapide. L’objectif étant la réalisation de plus-values.

2. Déterminer le passif

Il s’agit de déterminer ici toutes les ressources dont dispose l’entreprise et d’identifier leur provenance. On peut les classer en 5 catégories :

Les dettes financières

Elles proviennent généralement des moyens de financement de l’entreprise. Il s’agit le plus souvent de prêts bancaires ayant pour objectif de financer des besoins des investissements de l’entreprise.

Les crédits fournisseurs

Il s’agit de délais de paiement accordés par les fournisseurs. Cela engendre des dettes que l’on enregistre dans cette catégorie.

Les capitaux propres

Les capitaux propres correspondent à l’argent apporté par les associés lors de la création de l’entreprise. Il est possible d’ajouter les résultats comptables des exercices précédents ainsi que de l’actuel.

Les dettes fiscales et sociales

Ici se trouvent toutes les dettes de l’entreprise en dehors des dettes fournisseurs évoquées précédemment. Il s’agit par exemple de la TVA, des charges, impôts, des payes dues aux employés etc.

Les découverts bancaires

Comme pour les particuliers, les banques accordent des découverts aux entreprises afin de faciliter leur trésorerie. Cela permet notamment d’avoir une plus grosse capacité de paiement à court terme.

3. Construire son bilan prévisionnel

Une fois que vous avez identifié tous ces éléments, vous allez pouvoir les répertorier dans un tableau.

Ainsi que nous l’avons vu au préalable, le bilan prévisionnel sera divisé en 2 parties : l’actif et le passif.

Un bilan prévisionnel doit arriver à l’équilibre. L’actif doit donc être égal au passif. Pour le réaliser dans les formes, gardez à l’esprit ceci : les emplois et/ou ressources doivent être classés par ordre de « liquidité ». Cela signifie que plus on descend visuellement dans le bilan, plus le bien ou la dette revêt un caractère « liquide », c’est-à-dire mobilisable à court terme.

Bilan prévisionnel exemple

 

Laissez un commentaire